Noctes Gallicanae

Epigraphie latine


 

La carrière sénatoriale

La carrière équestre

Les provinces sous Auguste

 

 

Le cursus honorum sénatorial sous l’Empire

 

Les personnages appartenant à l’ordre sénatorial portent, à partir de Marc-Aurèle, le titre de vir clarissimus.

 

La carrière commence par des fonctions mineures au sein du vigintivirat :

    Xvir stilitibus iudicandis : décemvir chargé de régler les différends d’état civil

    IIIvir capitalis : triumvir chargé d’assister les magistrats judiciaires

    IIIvir monetalis ou IIIvir auro argento aere flando feriundo : triumvir chargé de la frappe des monnaies

    IIIIvir viarum curandarum : quattuorvir chargé d’assister les édiles dans les tâches de voirie à Rome

On servait alors une année comme tribun militaire dans une légion.

 

Ensuite commençait la carrière proprement dite :

    Quaestor : questeur

    Aedilis ou tribunus plebis : édile ou tribun de la plèbe (ces fonctions deviennent équivalentes sous l’Empire)

    Praetor : préteur (âge minimum : trente ans)

Chacune de ces magistratures se trouve précisée par un adjectif. Le consulat couronne une carrière.

 

Certains sacerdoces sont réservés aux membres de l’ordre sénatorial, par exemple :

    Augur : augure

    Flamen dialis ou Augustalis : flamine de Jupiter ou flamine augustal

    Sodalis Augustalis : « membre du collège des compagnons impériaux » ( ?) (ne pas confondre avec sevir augustalis)

 

Certaines fonctions sont réservées aux membres de l’ordre sénatorial, par exemple :

    Comes Augusti : « compagnon de l’empereur » ( ?)

    Curator alvei Tiberis et riparum et cloacarum urbis : administrateur du lit et des rives du Tibre et des égouts de Rome

    Curator operum publicorum : administrateur des travaux publics

    Legatus Augusti pro praetore provinciae ____ : légat impérial avec rang de propréteur dans la province de …

    Praefectus alimentorum : préfet en charge du ravitaillement

Pour une liste plus complète, on se reportera à L’épigraphie latine de R. Bloch.

 

Voici à titre d’exemple le déroulement de la carrière d’Hadrien avant son accession à l’empire, d’après le site De imperatoribus Romanis :

 

decemvir stlitibus iudicandis

sevir turmae equitum Romanorum

praefectus urbi feriarum Latinarum

 

trib. militum legionis II Adiutricis Piae Fidelis (95, Pannonia inferior)

trib. militum legionis V Macedonicae (96, Moesia inferior)

trib. militum legionis XXII Primigeniae Piae Fidelis (97, Germania superior)

 

quaestor (101)

ab actis senatus

tribunus plebis (105)

 

praetor (106)

legatus legionis I Minerviae Piae Fidelis (106, Germania inferior)

legatus Augusti pro praetore Pannoniae inferioris (107)

 

consul suffectus (108)

 

septemvir epulonum (avant 112)

sodalis Augustalis (avant 112)

archon Athenis (112/13)

legatus Syriae (117)

 


A partir du milieu du 2ème siècle se développe une véritable échelle de titres de noblesse, d’abord sans valeur légale, puis officielle.

 

Les nobilissimi (viri) appartiennent à la famille impériale ;

Les V(ir) C(larissimus), les V(ir) SP(ectabilis), les V(ir) INL(ustris) appartiennent à l’ordre sénatorial ;

Les V(ir) P(erfectissimus), V(ir) EM(inentissimus) et les V(ir) E(gregius) appartiennent à l’ordre équestre ;

Les autres sont des humiliores.


La carrière équestre sous l’Empire.

 

Début de carrière dans des fonctions militaires : officier de la garde prétorienne ou officier dans les légions pendant trois ans au moins. A partir d’Hadrien, il devient possible de commencer sa carrière dans des emplois civils.

 

1. militia prima :

praef(ectus) coh(ortis quingenariae) ...

commandant d’une cohorte auxiliaire de 500 hommes.

 

2. militia secunda :

trib(unus) mil(itum angusticlavius) leg(ionis) ...

tribun militaire dans la nième légion

ou

praef(ectus) coh(ortis miliariae) ...

commandant d’une cohorte auxiliaire de 1000 hommes.

3. militia tertia :

praef(ectus) alae (quingenariae) ...

commandant d’un groupe auxiliaire de 500 cavaliers.

4. militia quarta :

praef(ectus) alae (miliariae) ...

commandant d’un groupe auxiliaire de 1000 cavaliers (milieu du 2ème siècle).

 

Carrière de Procurator.

 

Quatre affectations principales :

l’administration générale,

le commandement de la flotte,

l’administration des finances,

l’administration impériale.

 

Le grade est défini par son traitement annuel.

 

1. Procuratores sexagenarii, 60000 HS par an.

42 services différents, parmi lesquels

proc(urator) alimentorum per Italiam

proc(urator) fisci Alexandrini

proc(urator) prov(inciae) Corsicae

proc(urator) prov(inciae) Thraciae

praef(ectus) classis Alexandrinae

epistrategos Thebaidos (in Aegypto)

 

2. Procuratores centenarii, 100 000 HS par an.

42 services différents, parmi lesquels

proc(urator) aquarum

praef(ectus) vehiculorum

advocatus fisci Romae

proc(urator) XXXX Galliarum

praef(ectus) classis Germ(anicae)

proc(urator) prov(inciae) Siciliae

proc(urator) prov(inciae) Moesiae sup(erioris)

proc(urator) Alpium Cottiarum

 

3. Procuratores ducenarii, 200 000 HS par an.

33 services différents, parmi lesquels

ab epistulis Latinis

ab epistulis Graecis

proc(urator) ad ferrarias

proc(urator) XX hereditatium

praef(ectus) classis Misesenensis

proc(urator) prov(inciae) Asiae

proc(urator) prov(inciae) Syriae

idiologus Aegypti

proc(urator) prov(inciae) Mauretaniae Caes.

proc(urator) prov(inciae) Mauretaniae Tingit.

 

4. Procurator trecenarius, 300 000 HS

1 seul poste :

a·rationibus

 

Sacerdoces de l’ordre équestre :

HAR(uspex),

LVPERC(us),

Sacerdos LAV(rens) Lavinas,

TVB(icen) SAC(rorum) P(opuli) R(omani) Q(uiritium).


Les provinces à l’époque d’Auguste

 

En ~27, Auguste répartit les trente et une provinces en « provinces impériales » et « provinces sénatoriales ».

 

Provinces impériales

Provinces sénatoriales

gouvernées par un ancien consul

gouvernées par un ancien préteur

gouvernées par un procurateur

gouvernées par un ancien consul

gouvernées par un ancien préteur

Dalmatia

Germania inferior

Germania superior

Hisp. Tarraconensis

Moesia

Pannonia

Syria

Cilicia

Galatia

Gallia Aquitania

Gallia Belgica

Gallia Lugdunensis

Lusitania

Sardinia/Corsica

Alpes Cottiae

Alpes Maritimae

Alpes Poeninae

Noricum

Raetia

Thracia

 

Aegyptus

Africa

Asia

Achaia

Creta/Cyrene

Cyprus

Gallia Narbonensis

Hispania Baetica

Macedonia

Pontus/Bithynia

Sicilia

Province comportant 4 légions. Province comportant 3 légions. Province comportant 2 légions. Province comportant 1 légion.

 

l'Empire
à l'époque d'Auguste

 

Les provinces impériales ont à leur tête des légats (legati Augusti propraetore) à compétence administrative et militaire : ils sont choisis par le prince, pour une durée de trois à cinq ans parmi les sénateurs ayant exercé la préture ou le consulat. Ils sont assistés par des procurateurs qui centralisent l’impôt (stipendium) versé au fiscus de l’empereur.

 

Les provinces sénatoriales (publicae provinciae) sont confiées pour un an à des proconsuls désignés par tirage au sort parmi les sénateurs ayant exercé la préture ou le consulat depuis cinq ans au moins. Ils sont assistés par un questeur qui collecte l’impôt (tributum) versé au Trésor public (à l'exception du revenu des domaines impériaux, des mines et des taxes réservées au prince et dont le soin relève de procurateurs).

 

L’Égypte est soumise à un régime particulier et interdite aux sénateurs.

 

 


Epigraphie :  sommaire