Noctes Gallicanae

Epigraphie latine

Tituli operum publicorum

 

 

SER FOLVIVS Q F FLACCVS COS MVRV LOCAVIT

DE MANVBIES

Servius Fulvius Flaccus, fils de Quintus, consul, a fait mettre en adjudication ce mur, sur le produit du butin.

Ser. Fulvius Flaccus, consul en 135, avait remporté une victoire en Illyrie.



[SER SVLPIC]IVS SER F GALBA COS PAVIMENTVM [FACIVNDVM LOCAVI]T EISDEMQUE PROBAVIT

CIL I, 2, 694

Servius Sulpicius Galba, fils de Servius, consul, a fait mettre ce dallage en adjudication et a réceptionné les travaux.

Cette inscription sur un dallage de Rome date de 144 ou 108 av. J.-C.



[Q LV]TATIVS Q F Q N C[ATVLVS COS

DE S]EN SENT FACIVNDV[M COERAVIT]

EIDEMQVE PROB[AVIT]

ILS 35a

Quintus Lutatius Catulus, fils de Quintus, petit-fils de Quintus, consul, a fait exécuter [ces travaux] sur décision du sénat et les a réceptionnés.

Un Q. Lutatius Catulus a été consul en 102, un autre en 78 av. J.-C.



P. Popilius Laenas, consul en 132 av. J.-C., a fait placer dans le bourg qui portait son nom, Forum Popilii (actuellement Polla en Lucanie), une borne miliaire particulièrement élaborée.

Inscription de Popilius

VIAM FECEI AB REGIO AD CAPVAM ET

IN EA VIA PONTEIS OMNEIS MILIARIOS

TABELARIOSQVE POSEIVEI HINCE SVNT

NOVCERIAM MEILIA I CAPVAM XXCIIII

MVRANVM XIIII COSENTIAM CXXIII

VALENTIAM CXXX AD FRETVM AD

STATVAM CCXXXI REGIVM CCXXXVII

SVMA AF CAPVA REGIVM MEILIA CCCXXI

ET EIDEM PRAETOR IN

SICILIA FVGITEIVOS ITALICORVM

CONQVAEISIVEI REDIDEIQVE

HOMINES DCCCCXVII EIDEMQVE

PRIMVS FECEI VT DE AGRO POPLICO

ARATORIBVS CEDERENT PAASTORES

FORVM AEDISQVE POPLICAS HEIC FECEI

CIL X, 6950; ILS 23

J’ai fait construire la route (la via Popilia) qui va de Regium (Reggio de Calabre) à Capoue ; et sur cette route, j’ai fait construire tous les ponts, placer les bornes miliaires et les signaux. Il y a d’ici à Nuceria un mille, à Capoue 84 milles, à Muranum 14 milles, à Cosentia 123 milles, à Valentia 130 milles, au détroit (statue) 231 milles, à Regium 237 milles. En tout, de Capoue à Regium 321 milles.

Et, comme préteur, j’ai aussi fait rechercher en Sicile les esclaves fugitifs des Italiens et j’ai rendu 917 hommes. J’ai aussi, le premier, obtenu que les bergers quittent le domaine public au profit des laboureurs.

J’ai fait construire ici un forum et des bâtiments publics.



 

Inscription de Claude

d’après photo

Tiberius Claudius Drusi filius Caisar Augustus Germanicus, pontifex maximus, tribunicia potestate nonum, imperator sextum decimum, consul quartum, censor, pater patriae, auctis populi Romani finibus, pomerium ampliavit terminavitque.

Tibère Claude César Auguste, fils de Drusus, grand pontife, revêtu de la puissance tribunicienne pour la 9ème fois, salué imperator pour la 16ème fois, consul pour la 4ème fois, censeur, père de la Patrie, pour avoir augmenté le territoire du Peuple romain a agrandi le périmètre sacré et l’a fait borner.

 

et pomerium Vrbis auxit Caesar, more prisco, quo iis qui protulere imperium etiam terminos Vrbis propagare datur. Nec tamen duces Romani, quamquam magnis nationibus subactis, usurpaverant nisi L. Sulla et divus Augustus.

Claude César agrandit aussi le périmètre sacré de Rome, selon l’ancien usage qui donnait le droit à ceux qui avaient repoussé les limites de l’Empire d’agrandir aussi l’enceinte de la Ville. Les généraux n’avaient pourtant pas usé de ce droit, même ceux qui avaient soumis des peuples importants, si ce n’est Lucius Sylla et le divin Auguste. (Tacite, Annales, XII, 23)

 

Novas etiam commentus est litteras tres ac numero veterum quasi maxime necessarias addidit ; de quarum ratione cum privatus adhuc volumen edidisset, mox princeps non difficulter optinuit ut in usu quoque promiscuo essent. Extat talis scriptura in plerisque libris ac diurnis titulisque operum.

Il inventa aussi trois lettres qu’il ajouta à l’ancien alphabet, les jugeant tout à fait nécessaires. Il avait publié un volume sur cette question alors qu’il était encore simple particulier ; plus tard, devenu empereur, il obtint sans difficulté qu’on les employât aussi à côté des autres. Ces caractères ainsi conçus se voient encore dans la plupart des livres, dans les journaux et les inscriptions des monuments. (Suétone, Claude, 41).

Novas litterarum formas addidit vulgavitque, comperto Graecam quoque litteraturam non simul coeptam absolutamque. . . Et forma litteris Latinis quae veterrimis Graecorum. Sed nobis quoque paucae primum fuere, deinde additae sunt. Quo exemplo Claudius tres litteras adiecit, quae usui imperitante eo, post oblitteratae, aspiciuntur etiam nunc in aere publico dis plebiscitis per fora ac templa fixo.

Il fit ajouter trois nouveaux caractères à l’alphabet, en arguant du fait l’alphabet grec lui aussi n’avait pas été achevé aussitôt que commencé … Et le dessin des lettres latines correspond au dessin des lettres grecques archaïques. Mais nous aussi au début nous en utilisions peu, on en ajouta par la suite. Conformément à cet exemple, Claude ajouta trois lettres dont on se servit sous son règne puis qui tombèrent dans l’oubli. On les voit encore de nos jours sur les tables de bronze officielles apposées sur les places publiques et sur les temples pour publier les actes publics. (Tacite, Annales, XI, 13 et 14)

 

Les trois lettres inventées par Claude étaient le digamma ϝ retourné qui notait le V consonne (comme dans notre inscription), l’antisigma Ɔ qui notait les sons –bs- et –ps- et une lettre dont je ne connais pas le dessin qui correspondait à l’ υ du grec (notre ü ?).

Sur cet empereur, voyez Claude.



 

LXXIX

IMP CAESAR DIVI NERVAE F

NERVA TRAIANVS

AVG GERM DACIC

PONT MAX TR POT

XIII IMP VI COS V

P P

VIAM A BENEVENTO

BRVNDISIVM PECVN SVA FECIT

LXXIX milia passuum Beneventum. Imperator Caesar, divi Nervae filius, Nerva Traianus Augustus Germanicus Dacicus, Pontifex maximus, tribunicia potestate tertium decimum, imperator sextum, consul quintum, Pater patriae, viam a Benevento Brundisium pecunia sua fecit.

CIL IX, 6021

79 mille pas vers Bénévent. L’empereur César Nerva Trajan Auguste, fils du divin Nerva, vainqueur des Germains, vainqueur des Daces, souverain Pontife, revêtu de la puissance tribunicienne pour la 13ème fois, salué Chef des armées pour la 6ème fois, consul pour la 5ème fois, Père de la patrie, a fait construire cette route de Bénévent à Brindes à ses propres frais.

Borne miliaire de Trajan (110), découverte près de Cannae. « 79 mille pas vers Bénévent », soit 116,92 km. La distance indiquée de nos jours est de 120 km par l’autoroute.

Carte de la région de Bénévent



IMP CAESAR DIVI NERVAE F

NERVA TRAIANVS AVG GERM

PONTIF MAXIMVS TRIB POT IIII

PATER PATRIAE COS III MONTIBVS EXCISI[.] ANCO[..]BVS

SVBLATIS VIA[.] F[. . .]

Imperator Caesar, divi Nervae filius, Nerva Traianus Augustus, Germanicus, Pontifex maximus, tribunicia potestate IIII, Pater patriae, consul III, montibus excisis anconibus sublatis, viam fecit.

CIL III 8267 = ILS 5863

L’empereur César Nerva Trajan Auguste, fils du divin Nerva, vainqueur des Germains, souverain Pontife, revêtu de la puissance tribunicienne pour la 4ème fois, Père de la patrie, consul pour la 3ème fois, a fait construire cette route en entaillant les montagnes et en supprimant des détours.

100 ap. J.-C. (Roumanie)



 

IMP CAESAR DIVI NERVAE F

NERVA TRAIANVS AVG GERM

PONT MAX

TRIB POT V P P COS IIII

OB PERICVLVM CATARACTARVM

DERIVATO FLVMINE TVTAM DA

NVVI NAVIGATIONEM FECIT

Imperator Caesar, divi Nervae filius, Nerva Traianus Augustus, Germanicus, Pontifex maximus, tribunicia potestate V, Pater patriae, consul IIII, ob periculum cataractarum derivato flumine, tutam Danuvii navigationem fecit.

AE 1973, 475

L’empereur César Nerva Trajan Auguste, fils du divin Nerva, vainqueur des Germains, vainqueur des Daces, souverain Pontife, revêtu de la puissance tribunicienne pour la 5ème fois, Père de la patrie, consul pour la 4ème fois, en raison du danger présenté par les chutes, a rendu sûre la navigation sur le Danube en creusant un canal parallèle au fleuve.

101 ap. J.-C., Roumanie

Consulats de Trajan

100

Ulpius Trajanus (3.) Sex. Julius Frontinus (3. )

101

Ulpius Trajanus (4.) Q. Articuleius Paetus

103

Ulpius Trajanus (5.) Man. Laberius Maximus (2. )



Pierre de Chagnon
Bande de protection d'un aqueduc

Chagnon (France)

EX AVCTORITATE

IMP CAES TRAIA

NI HADRIAN

I AVG NEMINI

ARANDI SER

ENDI PANG

ENDIVE IVS

EST INTRA ID

SPATIVM AG

RI QVOD TVTE

LAE DVCTVS

DESTINATVM

EST

Par ordre de l’empereur César Trajan Hadrien Auguste, personne n’a le droit de labourer, semer ou planter dans les limites de cet espace destiné à la protection de l’aqueduc.

Auguste, en 11 et 9 av. J.-C. avait ordonné que les aqueducs soient protégés par une bande de terrain de 15 pieds de large.

 


épigraphie : sommaire

 

20/06/01