Noctes Gallicanae

Epigraphie latine

Tablettes

 

Lettre de Claudia Severa, Vindolanda

 

Vindolanda : un fortin romain de Grande-Bretagne. Plus tard passera à proximité le mur d’Hadrien.

 

En 105 ap. J.-C., la garnison, mutée sur la frontière du Danube, détruit ses archives au moment d’évacuer le fort. Mais la pluie a raison du feu et quantité de tablettes vont se conserver plus ou moins intactes protégées par une croûte carbonisée.

 

On a ainsi retrouvé évidemment des documents militaires, mais aussi le journal du cuisinier du commandant du camp (listes d’invités et menus), des lettres comme celle d’un certain Octavius qui cherche à emprunter de l’argent à un certain Candidus et se plaint du mauvais état des routes.

 

Une des lettres les plus intéressantes est une invitation à une fête adressée par la femme du commandant du camp par sa sœur, elle-même épouse du commandant d’un fortin voisin.

 

Cette lettre est écrite à l’encre sur de minces planchettes de bois. La première partie du texte a été écrite par un secrétaire professionnel, mais les lignes 11 à 14 pourraient bien être de la main de Claudia Severa elle-même (tout comme on ajoute quelques mots à la main sur une carte de voeu ou sur une invitation), ce qui en ferait le plus ancien document manuscrit authentique écrit de la main d’une femme dans le monde romain. Les planchettes étaient attachées l’une contre l’autre. Le dos comporte les adresses du destinataire et de l’expéditeur

 

[PAGINA I]

SVLPICAE LEPIDINAE

[. . .]I CERIALIS

[. . .]VERA

 

[PAGINA II]

CL SEVERA LEPIDINAE [. .]

[.]L[.]TEM

III IDVS SEPTEMBR[.]S SOROR AD DIEM

SOLLEMNEM NATALEM MEVM ROGO

LIBENTER FACIAS VT VENIAS

AD NOS IVCVNDIOREM MIHI

 

 [PAGINA III]

 [. . .] INTERVENTV TVO FACTVRA SI

[. . .]S

CERIAL[. . .]VM SALVTA AELIVS MEVS

ET FILIOLVS SALVTANT

SPERABO TE SOROR

VALE SOROR ANIMA

MEA ITA VALEAM

KARISSIMA ET HAVE

 

Sulpiciae Lepidinae

Flavii Cerialis

a Severa

 

Claudia Severa Lepidinae suae salutem.

III Idus Septembres, soror, ad diem sollemnem natalem meum rogo libenter facias ut venias ad nos : iucundiorem mihi diem interventu factura si venies. Cerialem tuum saluta. Aelius meus et filiolus salutant.

[altera manu] Sperabo te, soror. Vale, soror, anima mea. Ita valeam, carissima, et have.

 

Dest. : Sulpicia Lepidina, épouse de Flavius Cerialis

Exp. : Severa

 

Le bonjour de Claudia Severa à sa chère Lepidina.

Le 3ème jour des ides de septembre (le 11 septembre), ma sœur, je souhaite sincèrement que tu puisses venir chez nous pour mon anniversaire : par ta présence, tu me rendras ce jour encore plus agréable si tu viens. Donne le bonjour à ton cher Cerialis. Mon Aelius et mon petit garçon te donnent le bonjour.

[D’une autre main] Je compte sur toi, ma sœur. Porte-toi bien, ma sœur, ma chère âme, puissé-je ainsi me bien porter, ma chérie. Le bonjour.

 

Sources : plusieurs sur la Toile, en particulier

http://vindolanda.csad.ox.ac.uk/

et aussi

http://www.uky.edu/ArtsSciences/Classics/dfr-severa.html

http://www.ls.uidaho.edu/Luschnig/Roman%20Letters/sev.htm

http://www.athenapub.com/hadwvin1.htm

 


épigraphie : sommaire