Noctes Gallicanae

Epigraphie latine

Inscriptions modernes : Trèves

 

Inscriptions modernes de Rome

 

 

AVGVSTA TREVERORVM

 

Au 1er siècle avant J.-C., la région de Trèves fait partie de la Gaule Belgique : ses habitants, les Trévires, sont des Celtes et non des Germains.

 

Au temps où César menait la conquête de la Gaule, il employait des cavaliers auxiliaires trévires parce que, dit-il, equites Treveri, quorum inter Gallos virtutis opinio est singularis « parmi les Gaulois leur réputation de courage est unique », (B. G. II, 24). Les Trévires, d’ailleurs, ont donné à l’imperator romain bien du fil à retordre et occupent une place importante dans le livre VI de la Guerre des Gaules. Fin 51 av. J.-C., lorsque toute la Gaule (ou presque !) est pacifiée, César, nous dit Hirtius, Labienum cum duabus legionibus in Treveros mittit, quorum civitas propter Germaniae vicinitatem cotidianis exercitata bellis cultu et feritate non multum a Germanis differebat neque imperata umquam nisi exercitu coacta faciebat « envoie Labiénus [passer l’hiver] avec deux légions chez les Trévires, nation qui, entraînée aux guerres incessantes du fait de la proximité de la Germanie, par son mode de vie et sa brutalité, ne se distinguait beaucoup des Germains et ne se soumettait jamais à l’autorité si elle n’y était pas contrainte par la présence d’une armée » (VIII, 25).

 

AVGVSTA TREVERORVM, la future Trèves, fut fondée en 16 avant J.C. sous l'empereur Auguste, au voisinage de sanctuaires voués aux divinités de la tribu celte des Trévires. Sous le règne de Claude, Trèves devient une colonie, c’est-à-dire qu’elle reçoit un contingent de vétérans à qui l’on attribue, avec la citoyenneté romaine, une terre en guise de prime de démobilisation. La ville est alors administrée sur le modèle de Rome, avec ses deux duumvirs et son sénat local composé de décurions.

 

A la fin du 3ème siècle, l'empereur Dioclétien fit de la ville, appelée alors TREVERIS ou TREVIRIS, une résidence impériale. En 285/286, Dioclétien donne à Maximien Hercule, avec le titre d’Auguste, le gouvernement de la moitié occidentale de l’Empire avec Milan pour capitale, et se réserve la moitié orientale avec pour capitale Nicomédie. Mais pour mieux contrôler la frontière du Rhin, Maximien séjourne principalement à Trèves. En 293, chacun des Augustes nomme un César destiné à le seconder puis à lui succéder. Maximien choisit son Préfet du prétoire Constance Chlore, Flavius Valerius Constantius dit Chlorus, « le Pâle », ainsi surnommé à cause de la pâleur de son teint. Né vers 250 dans une famille originaire d’Illyrie, il est le père de Constantin le Grand et établit définitivement sa résidence à Trèves qui devient, avec Milan, l'une des deux capitales des empereurs romains d'Occident.

 

Armipotens dudum celebrari Gallia gestit,

Trevericaeque urbis solium, quae proxima Rheno,

Pacis ut in media, gremio secura quiescit ;

Imperii vires quod alit, quod vestit et armat.

Lata per extentum procurrunt moenia collem.

Largus tranquillo praelabitur amne Mosella,

Longinqua omnigenae vectans commercia terra.

Depuis longtemps la Gaule guerrière réclame mes chants

en faveur de Trèves, la ville impériale qui, voisine du Rhin,

semble au sein d’une paix profonde et repose en sûreté,

parce qu’elle nourrit, habille et arme les forces de l’empire.

Ses épaisses murailles. s’étendent sur le revers d’une colline.

A ses pieds coule la Moselle, large et tranquille fleuve

qui lui apporte les commerces lointains de toutes les contrées. (Ausone, « Les villes célèbres », 5).

 

 

 

Elle le restera jusqu’en 392, date à laquelle les invasions germaniques obligent les services impériaux à se replier sur Milan, puis, en 395, à Arles.

 

Des monuments intéressants subsistent de l’époque romaine : la Porta Nigra, le Pont romain, l'Amphithéâtre, la Basilique de Constantin, les Thermes impériaux, etc.

 

Conquise définitivement par les Francs en 480, Trèves fut plus tard incorporée à l'Empire germanique de l'est, quand l'empire carolingien fut divisé en 870.

 


Inscription de la « Maison Rouge » à côté du marché central

 

ANTE ROMAM TREVIRIS STETIT ANNIS MILLE TRECENTIS

PERSTET ET AETERNA PACE FRVATVR

« Trèves existait treize cents ans avant Rome.

Puisse-t-elle exister pour toujours et jouir d’une paix éternelle. »

Vor Rom stand Trier eintausend und dreihundert Jahre.

Möge es weiter bestehen und sich eines ewigen Friedens erfreuen.

 


Fontaine Saint Pierre au Grand Marché (1595)

 

inscription de la corniche au-dessus des têtes des anges

 

FOELIX RESPUB(LICA)

UBI PRUDENTIA

SCEPTRA TENET

SANCTA IUSTITIA

BONOS TUETUR ET

SONTAS GLADIO FERIT

FORTITUDO IN

ADVERSIS DOMINATUR

ET LAUDABILIS

TEMPERANTIA

CUNCTA MODERATUR.

Heureuse la ville où la sagesse tient le sceptre, où la sainte justice protège les bons et frappe les méchants de l'épée, où le courage règne dans le malheur et où une admirable mesure règle toutes choses.

 

inscription autour de la fontaine:

 

EX HIS VIRTUTIBUS

VELUT AQUA DE

FONTE SALU(S) POPULI

OMNIAQUE REI

PUBLICAE BONA

P(E)RMANAT.

Que de ces vertus, comme l'eau qui coule de la fontaine, émanent à jamais le salut du peuple et tous les biens de la communauté.

 

 


Épigraphie : sommaire