Noctes Gallicanae

Poésie grecque

 


Ariphron de Sicyone

 

Ἀρίφρων ὁ Σικυώνος

 

 

 

Ariphron a vécu au début du IVe s. av. J.-C.

Ce fragment de péan représente tout ce qui reste de son oeuvre.

 

 

παιὰν εἰς τὴν Ὑγίεαν

ὑγίεια βροτοῖσι πρεσβίστα μακάρων μετὰ σεῦ

ναίοιμι τὸ λειπόμενον βιοτᾶς σὺ δέ μοι πρόφρων ξυνείης

εἰ γάρ τις πλούτου χάρις ἢ τεκέων

τᾶς ἰσοδαίμονος ἀνθρώποις βασιληίδος ἀρχᾶς ἢ πόθων

οὓς κρυφίοις Αψφροδίτας ἕρκεσιν θηρεύομεν

ἣ εἴ τις ἄλλα θεόθεν ἀνθρώποισι τέρψις ἢ πόνων

ἀμπνοὰ πέφανται

μετὰ σεῖο μάκαιρ’ Ὑγίεια

τέθαλε καὶ λάμπει Χαρίτων ὀάροις

σέθεν δὲ χωρίς οὔτις εὐδαίμων ἔφυ

 

Péan à la Santé

Santé, le plus vénéré des bienfaits pour les mortels,

avec toi puissé-je habiter le temps qui me reste à vivre, et toi puisses-tu demeurer bienveillante en ma compagnie.

Car si quelque bonheur tiré ou de la richesse ou des enfants

ou du pouvoir égal à celui des dieux qu'un roi possède sur les hommes ou des objets de désir

que nous allons chasser avec les filets invisibles d'Aphrodite

ou si quelque autre plaisir envoyé aux hommes par les dieux ou quelque répit dans les souffrances,

si tout cela peut se trouver,

avec toi, bienfaisante Santé,

on fleurit et on brille par la fréquentation des Grâces,

privé de toi personne n'est heureux.

 

 

Intégralité des fragments conservés

 

 


sommaire