Noctes Gallicanae

Poètes bucoliques

 

ἄρχετε βουκολικᾶς Μοῖσαι φίλαι ἄρχετἀοιδᾶς


Moschos de Syracuse

Μόσχος Συρακόσιος

 

Moschos a vécu vers 180 avant Jésus-Christ.

Nous ne savons rien sur la vie ni sur la mort de Moschos, sinon qu’il aurait composé un ouvrage savant sur le dialecte de Rhodes. S’il a vraiment composé le « Chant funèbre » qui nous est parvenu sous son nom, on peut voir en lui l’ami et peut-être l’élève de Bion, ce qui ne nous avance guère dans la mesure où nous ne savons rien non plus sur ce dernier !

Nous connaissons sous le nom de Bion quatre poèmes d’une certaine longueur et quelques fragments.

 

Ἐπιτάφιος Βίωνος

Chant funèbre pour Bion

 

Αἴλινά μοι στοναχεῖτε νάπαι καὶ Δώριον ὕδωρ

καὶ ποταμοὶ κλαίοιτε τὸν ἱμερόεντα Βίωνα.

Νῦν φυτά μοι μύρεσθε καὶ ἄλσεα νῦν γοάισθε.

Lamentez-vous avec moi en chants plaintifs, vallons, flots doriens

et fleuves, pleurez l’aimable Bion.

Maintenant, plantes, versez des larmes avec moi, forêts, gémissez maintenant,

ἄρχετε Σικελικαὶ τῶ πένθεος ἄρχετε Μοῖσαι.

Commencez votre deuil, Muses siciliennes, commencez, Muses.

κλαίει καὶ Γαλάτεια τὸ σὸν μέλος ἅν ποκἔτερπες

ἑζομέναν μετὰ σεῖο παρἀϊόνεσσι θαλάσσας.

Οὐ γὰρ ἴσον Κύκλωπι μελίσδεο· τὸν μὲν ἔφευγεν

καλὰ Γαλάτεια, σὲ δἅδιον ἔβλεψεν ἅλμας.

Καὶ νῦν λασαμένα τῶ κύματος ἐν ψαμάθοισιν

ἔζετἐρημαίσι, βόας δἔτι σεῖο νομεύει.

Elle pleure aussi, Galatée, elle pleure ta musique, quand tu l’enchantais

assise près de toi sur le rivage de la mer.

Ta musique n’avait rien de comparable à celle du Cyclope, elle le fuyait,

la belle Galatée, elle te regardait avec plus de tendresse qu’elle ne regardait la mer.

Et maintenant elle a oublié les flots, elle reste assise sur le sable

désert et garde encore tes vaches.

ἄρχετε Σικελικαὶ τῶ πένθεος ἄρχετε Μοῖσαι.

Commencez votre deuil, Muses siciliennes, commencez, Muses.

 


 

lyriques  image063.jpg

Si vous souhaitez m’écrire :

 

alain.canu02@orange.fr