Quelques remarques sur

les naissances, les mariages et les décès

à Montmorin

de 1701 à 1791

Suzanne CANU

décembre 2007

 

Si les relevés systématiques de baptêmes, mariages et sépultures demandent du temps et de la patience, ils sont aussi l’occasion de voir vivre la paroisse.

C’est ainsi que ma curiosité a été éveillée en constatant le nombre élevé de décès d’enfants en 1715. Cela m’a amenée à regarder avec un peu d’attention les naissances, les mariages et les décès.

J’ai aussi remarqué que, souvent, un sobriquet était accolé au patronyme. J’en ai fait le relevé et en ai ajouté la liste à la suite des remarques.

Les curés qui se sont succédé ont inscrit, dans les registres paroissiaux, les événements marquants de la paroisse.  Il m’a semblé utile d’en donner la  liste et pour certains une retranscription.

Les quelques remarques qui suivent n’ont aucune prétention scientifique et ne sont que le résultat de ma curiosité.

------   O   ------

Montmorin est un village situé dans la vallée de l’Oule, au sud-ouest du département des Hautes-Alpes.  Cette paroisse qui comptait environ 700 âmes à la fin du 18ème siècle, ne compte plus à présent qu’une soixantaine d’habitants.

A le recherche d’ancêtres, il nous a paru plus judicieux de faire un relevé exhaustif des naissances, mariages et décès, plutôt que de feuilleter, d’un sens à l’autre, des registres paroissiaux précieux et fragiles.

C’est au cours de ce travail que ma curiosité a été éveillée .

NAISSANCES

J’ai noté 2199 naissances de 1701 à 1791, l’année 1791 comportant à elle seule 19 naissances. Le nombre des naissances est donc de 2180 pour les 9 décennies étudiées, soit une moyenne de 242,22 naissances  par décennie.

Décennies où le nombre des naissances est supérieur à la moyenne :

1731-1740

1771-1780

1781-1790

1721-1730

1701-1710

268

268

268

256

245

 

Décennies où le nombre des naissances est inférieur à la moyenne :

1741-1750

1711-1720

1761-1770

1751-1760

237

229

215

194

 

Examinons la répartition de la totalité des naissances par mois, y compris l’année 1791, en ordre décroissant :

janvier

mars

février

décembre

novembre

octobre

avril

mai

septembre

juin

août

juillet

262

254

234

216

194

189

186

 76

166

123

109

 90

 

Nous notons que c’est au premier et au dernier trimestre de l’année que le taux des naissances est le plus élevé. La répartition des sexes se faisant ainsi :

1097 filles,  1095 garçons, le  sexe de 7 enfants mort-nés n’est pas indiqué. Le nombre total de filles est sensiblement égal à celui des garçons. Pour les2173enfants dont le sexe est connu, on relève, pourtant, une  différence, selon les décennies entre le nombre des garçons et celui  des filles :

 

décennies

garçons

filles

plus de garçons

1771-1780

151

116

35

1731-1740

139

129

10

1721-1730

129

125

4

1761-1770

108

106

2

1751-1760

102

  91

11

plus de filles

1781-1790

124

143

19

1711-1720

101

128

27

1701-1710

118

126

8

1741-1750

114

123

9

total

1086

1087

 

La répartition mensuelle des naissances se fait ainsi pour les neuf décennies :

 

mois

garçons

filles

+

février

117

116

1

décembre

114

102

12

novembre

105

88

7

octobre

102

86

16

avril

  98

86

12

mai

  96

80

16

juillet

  47

43

4

mars

113

140

27

janvier

116

130

14

septembre

  77

87

10

juin

  51

76

25

août

  52

55

3

total

1086

  1087

 

Les enfants mort-nés :

garçons

filles

non précisé

1701-1710

2

2

1

1711-1720

0

1

1

1721-1730

3

2

1

1731-1740

5

8

2

1741-1750

4

3

0

1751-1760

2

0

0

1761-1770

0

0

0

1771-1780

1

0

0

1781-1790

3

1

2

 

Comment peut-on expliquer le grand nombre d’enfants mort-nés pour la décennie 1731-1740 ?  Conditions climatiques extrêmes, d’où mauvaises récoltes entraînant une sous-alimentation ? maladies ?

Naissances gémellaires :

Au cours de ces neuf décennies j’ai relevé 23 naissances de jumeaux :

7 naissances de deux garçons, 10 de deux filles, 6 d’un garçon et d’une fille.

La plupart de ces jumeaux mouraient dans les heures ou les jours qui suivaient leur naissance, fort peu dépassaient l’année. Pour certains d’entre eux je n’ai pas trouvé de date de décès mais cela ne signifie pas qu’ils aient vécu et atteint l’âge adulte. Le décès des très jeunes enfants n’était pas toujours noté par le curé de la paroisse.

Enfants posthumes

Nombre d’enfants posthumes nés au cours de ces 9 décennies:

Enfants posthumes

1701-1710

4

1711-1720

1

1721-1730

2

1731-1740

1

1741-1750

2

1751-1760

5

1761-1770

2

1771-1780

1

1781-1790

1

 

Une jeune femme, mariée deux fois , deux fois veuve, a accouché deux fois d’un enfant posthume.

Enfants illégitimes :

J’ai relevé onze naissances d’enfants illégitimes. Une seule pour la décennie 1711-1720, toutes les autres se situent entre 1751 et 1791. N’ayant pas recherché les déclarations de grossesse je ne peux pas affirmer qu’il n’y a pas eu d’enfants illégitimes à Montmorin au cours des autres décennies, les futures mères allant parfois accoucher dans une paroisse autre que la leur. C’est le cas pour deux femmes venues à Montmorin pour mettre leur enfant au monde, originaires, l’une de Laragne, l’autre de Savoillan au Comtat Venaissin.

Un seul couple a légitimé la naissance de l’enfant par le mariage..

---------- o ----------

MARIAGES

Il a été célébré 451 mariages à Montmorin, de 1701 à 1791, se répartissant comme suit :

Par décennie

Enfants posthumes

1701-1710

53

1711-1720

49

1721-1730

65

1731-1740

49

1741-1750

45

1751-1760

49

1761-1770

48

1771-1780

45

1781-1790

42

1791

6

 

Par mois

 

Enfants posthumes

janvier

8

février

28

mars

8

avril

50

mai

61

juin

54

juillet

20

août

25

septembre

20

octobre

18

novembre

34

décembre

1

 

Un seul mariage au début du mois de décembre, avant le premier dimanche de l’Avent, mois pendant lequel il était interdit de donner le sacrement de mariage. La même interdiction pesait pour le temps de carême, d’où seulement 8 unions célébrées en mars, probablement avant le mercredi des Cendres.

Le pic des unions se situe en février juste avant le temps de carême et juste après.C’est de juillet à octobre  que le nombre de mariages est le plus faible. Les  travaux de la terre ne laissant pas assez de loisirs pour faire la fête et beaucoup d’hommes étant absents, partis dans le sud pour faire les foins, les moissons, les vendanges, etc.

Si l’on partage l’année en deux, saison froide d’octobre à mars, saison chaude d’avril à septembre, on obtient respectivement 221 mariages dans la première et 230 dans la seconde. Mais si l’on respecte les deux semestres de l’année on note 333 mariages de janvier à juin et seulement 118.de juillet à décembre.

L’âge au mariage :

Le prêtre n’a pas souvent indiqué l’âge des époux, se contentant de dire si les conjoints étaient majeurs ou non.

Grâce au relevé exhaustif des naissances et des décès, j’ai pu retrouver l’âge au mariage d’un certain nombre d’individus.  Sur les neuf décennies étudiées, une étude valable ne peut porter que sur deux d’entre elles :

1741-1750, puisque sur les 45 mariages l’âge  des époux n’est inconnu que pour un seul couple,

1751-1760, tous les âges sont connus pour les 49 mariages..

En outre, ces décennies se suivent et l’étude peut donc porter sur 20 ans et sur 93 mariages.

 

âge

hommes

Total hommes

femmes

Total femmes

12

0

0

13

0

0

14

0

1

15

0

4

0

5

16

0

2

17

0

2

18

1

4

19

2

6

20

5

8

8

22

21

5

6

22

3

8

23

7

8

24

9

8

25

24

5

46

35

26

4

8

27

5

6

28

8

2

29

3

4

30

8

4

26

24

31-35

4

3

36-40

1

1

5

4

41-45

3

4

46-50

1

0

51 et +

2

1

6

5

 

Les femmes sont souvent très jeunes (107 entre 12 et 20 ans contre 37 hommes pour la même tranche d’âge). On constate que c’est entre 21 et 25 ans qu’hommes et femmes contractent le plus souvent mariage. Vient ensuite la tranche d’âge 26-30 ans.

Quelques différences d’âge entre époux :

 

Mari

Femme

différence

Femme

Mari

différence

19 ans

16 ans

3

26 ans

18 ans

8

23 ans

13 ans

10

21 ans

16 ans

5

23 ans

15 ans

8

20 ans

18 ans

2

25 ans

14 ans

11

25 ans

18 ans

7

25 ans

14½ ans

10½

20 ans

19 ans

1

25 ans

15 ans

10

28 ans

19 ans

9

25 ans

17 ans

8

24 ans

19 ans

5

31 ans

18 ans

13

24 ans

19 ans

5

35 ans

14 ans

21

22 ans

20 ans

2

53 ans

16 ans

37

57 ans

45 ans

12

63 ans

19 ans

44

 

 

 

 

Parmi les plus grands écarts d’âge on note un homme de 63 ans épousant une fille de 19 ans et une femme de 57 ans épousant un homme de 45 ans.

Le veuvage :

Sur ces 451 mariages on compte 35 hommes veufs et 21 femmes veuves. La durée du veuvage était généralement courte pour les hommes tandis qu’elle était souvent de  deux ans pour les femmes. Pour les hommes, j’ai noté 4  remariages dans le mois suivant le décès de la femme et 19 remariages entre deux et dix mois et 12 ont attendu plus longtemps, 11 de 1 à 6 ans, 1 seul a attendu 12 ans.

Deux femmes se sont remariées dans les six mois suivant le décès de leur mari,  10 ont attendu deux ans, 5 ont attendu 3 à 6 ans, 4 ont vécu entre 7 et 12 ans de veuvage.

9 hommes veufs ont épousé des veuves, 5 veuves  ont épousé un homme plus âgé que le conjoint défunt mais un seul homme a choisi une femme plus âgée. Un veuf âgé de 53 ans a tout simplement épousé sa servante.

Le milieu social :

Avec  les éléments dont je dispose, j’ai établi le tableau ci-dessous

 

profession de l’époux

profession du père de l’épouse

blanchisseur de peaux    1

cordonnier               1

cardeur à laine      1

journalier              1

cardeur à laine      2

cardeur à laine      3

cardeur à laine     1

tisserand                  1

cardeur à laine     1

marchand                 1

cardeur à laine     5

ménager                   3

cordonnier          1

journalier                1

cordonnier          1

cardeur à laine        1

journalier              1

journalier              1

journalier              1

ménager                1

laboureur              1

cordonnier            1

maître chirurgien     1  

ménager                  1

marchand            2

marchand                2

maréchal à forge  1

marchand              1

ménager                4

cardeur à laine       4    

ménager                1

tailleur d’habits     1

ménager                1

maçon                   1

ménager                4

ménager                4

ménager               1 

cordonnier               1

ménager               1  

tisserand                  1

tailleur d’habits    1

maçon                   1

tisserand               1

ménager                1

tisserand              1 

tisseur de toile         1

tisseur de toile     1

ménager                   1

tisseur de toile     1

journalier                 1

tisseur de toile     4

tisseur de toile         4

 

-------- o --------

DECES

1618 décès sont relevés entre 1701 et 1790, ils concernent 796 enfants et 828 adultes.

Ce chiffre  est certainement inférieur à la réalité, surtout en ce qui concerne les enfants. En effet, je n’ai noté aucune sépulture d’enfant ni en 1781 ni en 1782 et seulement un ou deux décès certaines années. Le prêtre n’a peut-être pas jugé utile de les inscrire dans le registre paroissial.

ENFANTS

J’ai considéré comme « enfant » tous ceux qui n’avaient pas atteint l’âge de quinze ans révolus. Le choix est sans aucun doute arbitraire car on entrait très tôt dans la vie active à cette époque.

J’ai établi 6 tranches d’âge, ce qui donne :

104 décès au cours du 1er mois, dont 41 au cours de la 1ère semaine

255 décès au cours des 11 mois suivants

176 décès au cours de la 2ème année

153 décès entre 3 et 5 ans

  78 décès entre 6 et 10 ans

  30 décès entre 11 et 15 ans

 

Mortalité par décennie

1701-1710

89

1711-1720

89

1721-1730

115

1731-1740

94

1741-1750

106

1751-1760

79

1761-1770

81

1771-1780

42

1781-1790

101

total : 796 soit 8,84 par décennie

L’âge de 5 enfants nous est inconnu.

37 enfants mort-nés ont été notés avec l’étude des naissances.

Si nous examinons les années où la mortalité a été égale ou supérieure à 10, d’après le tableau ci-dessous, nous remarquons quatre années de forte mortalité infantile, dont deux qui se suivent : 1724 et 1725. 

 

L’année 1715 est la plus cruelle avec 39 décès, concentrés sur quatre mois de l’année : août : 5, septembre : 21, octobre : 7 et novembre : 4.

25 familles sont touchées :

  1 famille perd 4 enfants (dont 3 le même jour, en septembre)

  3 familles perdent 3 enfants

  5 familles perdent 2 enfants

16 familles perdent 1 enfant

Ce sont les enfants entre 2 et 10 ans qui sont frappés et plus les filles que les garçons.

Si en 1724 le nombre de décès de garçons est égal à celui des filles, c’est aussi la tranche d’âge de 2 à 10 ans qui paie son tribu. En 1725, ce sont les très jeunes enfants, surtout des filles. En 1787, les filles sont également en majorité, dans leur première année et de 3 à 10 ans.

 

années

décès

garçons

filles

première

année

deuxième

année

3-10 ans

11-15 ans

1704

12

7

5

8

1

2

1

1706

10

5

5

7

2

1

0

1707

15

10

5

8

1

5

0

 

1715

39

14

25

5

14

18

1

1719

13

7

6

9

3

1

0

 

1724

22

11

11

3

11

6

2

1725

35

11

24

16

7

12

0

1727

15

7

8

7

5

3

0

1728

13

8

5

8

2

3

0

1729

10

7

3

3

3

3

0

 

1731

17

11

6

7

5

4

1

1735

19

6

13

11

5

3

0

1738

11

2

9

3

5

3

0

 

1741

19

10

9

3

10

6

0

1743

10

6

4

6

2

1

1

1747

13

8

5

6

2

4

1

1748

20

5

15

8

3

9

0

 

1751

19

9

10

4

5

9

1

1753

10

6

4

7

1

2

0

1759

11

8

3

6

1

3

1

 

1763

10

6

4

5

5

0

0

1768

16

9

7

4

2

10

0

1769

20

11

9

6

4

10

0

 

1778

10

7

3

2

0

7

1

 

1786

16

6

10

8

1

6

1

1787

28

10

18

11

4

12

1

1788

14

8

6

8

3

3

0

1790

11

7

4

6

1

3

1

 

Mortalité par mois :

Pour les enfants, comme pour les adultes ; c’est en août et septembre que la mortalité est la plus élevée.

 

mois

nombre de décès

sur 9 décennies

moyenne des décès

sur 9 décennies

décennies remarquables

années remarquables

août

119

13,22

1720-1730            23 décès

1725 …8 décès

1727     6 décès

septembre

119

13,22

1711-1720            28 décès

1715    18 décès

janvier

72

  8

octobre

65

  7,33

1711-1720            11 décès

1731-1740            11 décès

mars

64

  7,11

1741-1750            10 décès

1781-1790            12 décès

juillet

64

  7,11

1751-1760            14 décès

avril

59

  6,55

1701-1710            12 décès

juin

55

  6,11

1721-1730            15 décès

1724    5 décès

1725    4 décès

février

50

  5,55

1781-1790            11 décès

aucun décès d’enfant noté pour les années 1781 et 1782

décembre

46

  5,11

1768    13 décès

mai

44

  4,88

1741-1750             11 décès

novembre

39

  4,33

1761-1770              9 décès

 

Trois enfants, au moins, sont morts dans un accident :

En 1756, une fillette de dix ans est morte . « …. cinq heures après avoir été traînée par un poulain qu’elle gardait … »

En 1757, un garçonnet de 7 ans est mort « …sous les ruines de la maison de ses parents… » Maison vétuste ? Tremblement de terre ? Glissement de terrain ?…

En 1783, un petite fille de 2 ans « … mourut hier dans l’eau du moulin … »

ADULTES

Entre 1701 et 1790 sont survenus  822 décès d’adultes, dont 391 hommes et 431 femmes, soit une moyenne annuelle de 9,13.

29 années présentent un taux de mortalité supérieur à cette moyenne. 3 années présentent un taux de mortalité plus du doubles de la moyenne ; ce sont les années 1704 (22), 1734 (20), 1758 (22)  Les pics de mortalité se situent très souvent en été et au début de l’automne. Toutefois on peut noter qu’en 1734, 1747 et 1758, le printemps a été meurtrier.

Le tableau ci-dessous donne les chiffres de ces 29 années :

 

années

nombre de décès

hommes

femmes

observations

1704

22

 8

10

dont 11 entre juillet et novembre

1707

17

 8

 9

15 entre juin, juillet, septembre, octobre

1722

10

 3

 7

1723

12

 5

 7

1724

12

 9

 3

1729

17

 9

 8

1734

20

10

10

dont 11 entre février et mars

1735

18

 5

13

13 en juillet, août, octobre

1740

12

 7

 5

1742

12

 4

 8

1747

11

 3

 8

5 janvier à mars

6 de septembre à novembre

1748

18

 6

12

1753

10

 4

 6

1754

11

 6

 5

1756

14

10

 4

1757

13

 5

 8

10 de juillet à octobre

1758

22

13

 8

18 entre février, mars, avril

1762

11

 2

 8

1764

10

 7

 3

1765

15

 7

 8

1770

10

 7

 3

1772

10

 1

 9

1773

10

 5

 5

1782

12

 7

 5

1783

13

 4

 9

1784

11

 7

 4

1787

15

 3

12

13 de juillet à décembre

1788

11

 3

 8

9 de mai à septembre

1790

16

11

 5

 

Le tableau ci-dessous montre quelques années de forte mortalité et la répartition des décès ainsi que la période de l’année où ces décès sont survenus.

 

années

total

décès

période

décès

16-30

ans

31-60

ans

61-80

ans

+ de 80

ans

mortalité infantile

1704

22

juillet à novembre

18

5

11

2

supérieure à la moyenne

1707

17

juin-juillet,

sept.-octobre

15

1

 6

8

supérieure à la moyenne

1734

20

février-mars

11

 2

 3

 6

 

1735

18

juillet-août octobre

13

 2

 2

 8

1

supérieure à la moyenne

1757

13

juillet à octobre

 9

 2

.2

 5

1758

22

février mars-avril

18

 5

 9

 4

1787

15

juillet à décembre

13

 0

 4

 9

supérieure à la moyenne

automne-hiver

1788

11

mai à septembre

 9

 1

 4

 3

 1

supérieure à la moyenne

répartie sur toute l’année

 

Mortalité des femmes en couches

Par deux fois j’ai relevé la mention « décédée au travail de l’enfantement »  Nombreuses étaient celles qui décédaient des suites d’un accouchement.

en couches

dans les 24 heures

dans la semaine

entre 10 et 15 jours

1 à 2 mois après

total

Nombre

2

6

1

5

2

16

Age

18 et 35

32-40

30

29-35

24 et 32

 

Trois femmes sont mortes dans les 3 et 4 mois qui ont suivi l’accouchement. Peut-il être mis en cause ?

16 femmes (ou 19), de 18 à 40 ans, sur les 104 de cette tranche d’âge, seraient décédées des suites de couches.

Les décès accidentels

J’ai relevé 8 décès accidentels. J’ai compté comme « mort accidentelle » le décès de deux hommes « trouvés morts » sans plus de précision.

1704 : un homme de 39 ans «  a rendu son âme à Dieu sous l’effet d’un tonnerre… »

1719 : un homme de 65 ans « …noyé accidentellement dans le ruisseau de Chatusse… »

1720 : un homme de 72 ans « …tombé d’un cerisier… »

1729 : une femme de 45 ans « …tombée d’un arbre… »

1774 : un homme de 22 ans  « … trouvé mort à la campagne… »

1784 : un homme de 46 ans « … sur le chemin de Sahune à Rémuzat d’un accident causé par les rigueurs du froid… »

1784 : une femme de 49 ans « …qui mourut hier sous un mulet affolé … »

1788 : un homme de 31 ans « … trouvé mort dans le diocèse d’Oulle… »

Mort subite

La mention « mort subite » ou « mort soudaine » a été relevée 21  fois. Mais  je n’ai trouvé cette précision ni avant 1716 ni après 1765.

 

nombre

19-35 ans

50-60 ans

61-70 ans

71-80 ans

âge inconnu

hommes

13

 4

 3

 4

 1

 1

femmes

 8

 0

 3

 2

 2

 1

 

En 1736 le curé précise que la défunte « est imbécile de naissance »

En 1740 une femme est « décédée d’apoplexie »

En 1761 un homme, moissonneur, est mort  à Sigottier « d’attaque de grandes coliques espèce de Miserae … »

Une jeune femme décédée un 8 février n’a pu être inhumée que le 19 « …à cause du débordement de la rivière… »

Un jeune homme de 22 ans, décédé le 3 août, a dû être « …enterré le jour même à cause de la putréfaction de son corps… »

En 1736, une femme de 65 ans, catholique, a été inhumée à Bruis « …à cause de l’interdit de cette paroisse de Montmorin par M. Tourres,  curé … »

 

 

Répartition de la totalité des décès d’adultes, par tranche d’âge :

 

âge inconnu

15-20

21-30

31-40

41-50

51-60

61-70

71-80

81 et +

total

nombre

13

44

78

79

106

129

187

145

41

822

 

On relève le décès de 41 personnes âgées de plus de 80 ans, 27 hommes et 14 femmes.

 

100 ans

96 ans

95 ans

90ans

89 ans

88 ans

86 ans

85-81 ans

total

hommes

1

1

2

3

1

1

0

18

27

femmes

0

0

1

0

1

0

3

 0

14

 

Il ressort de la période étudiée que les hommes vivaient plus longtemps que les femmes, contrairement à la tendance actuelle, l’espérance de vie des femmes étant plus élevée que celle des hommes

------ 0------

LES SURNOMS

 

SURNOMS

PATRONYMES CONCERNES

DATES

OBSERVATIONS

Cabaret ou Cabucet

LOMBARD

OBERIC épouse LOMBARD

BRUN épouse LOMBARD

1745

1746

1755

 

Cabedeau

OBERIC épouse BRUN

OBERIC épouse MEYNAUD

1748

1746

 

Cabedou

MEYNAUD

1707

 

Cadet

FARAUD

1741

originaire de Pomerol, une seule personne

Cadette

FAURE

1708,1733

 

Carré

LOMBARD

1722,1746, 1784

 

Cavalier

FELIX

1703, 1743, 1758

 

Chaberte

TENOUR

1705

 

Chabeuse

FAURE

1733

 

Charbonnier

TENOUX

PATAC épouse TENOUX

TENOUX

1724

1723

1734

 

Charens

PAÏS épouse ARTAUD

1735

 

Chassaïre

OBERIC

1743

une seule personne

Chaval

JOUBERT

1775

une seule personne

Chicon

BOMPAR

FEAUGIER épouse BOMPARD

1703 à 1789

1723

 

Clere

JOUBERT

1757

une seule personne

Consul

BELAY

1727

une seule personne

Convent

LOMBARD

1722,1748

 

Coulombe

LOMBARD

FAURE épouse LOMBARD

MEYNAUD

TEISSIER épouse LOMBARD

1724

1727

1758, 1786

1760

 

Coutelon

BAUP

1735, 1742

 

Dagon

CORREARD

BAUP

OBERIC épouse CORREARD

1701, 1735

1720

1738

 

De Jacob

FAURE

1743

une seule personne

De la Meuniere ou De la Mourinière

FAURE

FAURE épouse BERCIER

1706

1743

 

De la Pierre Gielly

FAURE

1743, 1748

 

De Laurier

JOUBERT

1759

 

de Marie

OBERIC

1700, 1739

 

Des Gendres

TENON

1735

 

Dindon

BOMPARD

1722 à 1771

 

Dite Margot

RAZAUD Marguerite

GIVAUDAN Marie

1733

1763

une seule personne

une seule personne

Du Verger

DURAND

1721

une seule personne

Duran

CHARENS

1702, 1706

 

Fort Jala

ARNAUD

1767

une seule personne

Gage

ROLLAND

ARNAUD épouse ROLLAND

1725

1738

 

Galimard

BRUN

1728

une seule personne

Gascon

OBERIC

ODE épouse RECOULE

1764

1732

 

Gasquette

VERDIER épouse FAURE

1757

 

Gillot

CONTE

1723, 1735

 

Gode

BOMPAR

1748

une seule personne

Gogo

ROLLAND

1721

une seule personne

Goudaine

MAUSSANG épouse BONFILS

1738

une seule personne

Gourdin

EYMERIC

JOUBERT épouse EYMERIC

1730 à 1790

1755

 

Grignon

ARNAUD

1723, 1727

 

Guilhaume ou Guilhenne

LOMBARD

1738

une seule personne

Guiton

ARNAUD

1756

une seule personne

Jacou

CHABAL

1745,1757

 

Jacqueras

LAGIER

1741

une seule personne

Jacqueton

DURAN

1701, 1727

 

Jala

ARNAUD

COLOMB épouse ARNAUD

1721 à 1761

1758

 

La Doume

TOURRES épouse BOMPAR

1748

une seule personne

La Pensée

PEAUZIN

1729

une seule personne

La Roche

FAURE

BEGOU épouse MEYNAUD

1720

1758

 

La Tonnie

OBERIC épouse DENIZOT Ant.

1747

une seule personne

Lacroix

TENON

TENOUR épouse FAURE

1738,1756

1748

 

Laget

MICHEL

1759

une seule personne

Le fils

LOMBARD

1749

une seule personne

Le Fournier

OBERIC épouse COLLOMB

LOMBARD

1734

1774

 

Le Preire

ARNAUD

1756, 1771

 

Le Prince

LOMBARD

1749

une seule personne

Livachon

HUGOUVIEUX

1772

une seule personne

Manchet

BERCIER, BRICIER

1722, 1756

 

Marchand

BOMPAR

1724, 1757

Maraisse, hameau de Montmorin

Menüe ou Le Menu

LOMBARD

1729, 1753

 

Michelon

JOUBERT

1727, 1763

 

Moidanse

LOMBARD

1719

originaire de Moidans ?

Muletier

CHABAL épouse MAILLEFAUD

MAILLEFAUD

1731

1738

 

originaire de Die

Orange

RAZAUD

REMOND épouse RAZAUD

1721

1748

 

Ourigas

ROULAND

1728

une seule personne

Paulet

RICHAUD

1731

une seule personne

Picaillon

LOMBARD

1756

originaire de Montclus

Pichon

JOUBERT

JOUBERT épouse LOMBARD

JOUBERT épouse MICHEL

JOUBERT épouse JOUBERT

1730

1757

1754

1750

 

Piémontèse

BERTRAND  Marie

1728

une seule personne

Pierron

JOUBERT

1701, 1728

 

Prade

FAURE

ALLIER épouse FAURE

1701 à 1754

1748

 

Rabasse

MEYNAUD épouse RABASSE

1721

une seule personne

Ravel

OBERIC

CARIES épouse OBERIC

1732, 1741

 

Redoute

BERNARD

BAUP épouse BERNARD

1751, 1758

1737

 

Rouillac

OBERIC

MARON

1718

1718

 

Rousson

CHABAL

GUIGUES

1729

1731

 

Sagias

FAURE

ARNAUD

CLAVEL épouse ARNAUD

1701

1721, 1756

1721, 1756

 

Sansonon

BAUP

1732

une seule personne

Tanchonne

ARNAUD épouse FEAUGIER

1749

une seule personne

Tonite

JOUBERT

OBERIC épouse JOUBERT

1747, 1750

1750

 

Tontonon

BAUP

HUGOUVIEUX épouse BAUP

1702, 1706

1729

 

Vitrolles

MIELLOU

OBERIC épouse MIELLOU

1739

1748

originaire de Ribeyret

 

 

Une étude poussée montrerait le cheminement de la transmission de ces sobriquets. Nous pouvons déjà remarquer que la femme, en entrant dans la famille de son mari, recevait le surnom de celle-ci. Les femmes des familles « JOUBERT », en général, gardaient le surnom de leur propre famille

Antoine CORREARD (1686-1753)  époux de ODE Louise, est dit tantôt « Dagon » surnom de sa famille, tantôt « Avocat », surnom de la famille de sa femme.

Ces surnoms se retrouvent, en partie, dans les actes de l’Etat Civil du 19ème siècle. Certains ont disparu, tandis que de nouveaux apparaissent. La transmission aux descendants n’a pas changé.

------ 0 ------

La vie de la paroisse

Au début du mois de mai 1695, le curé a donné une liste de prêtres ayant éte nommés à Montmorin. (Série GG – 3E 229)

SIGNORET du 1668 au 20-02-1678

POITEVIN du 17-10-1678 au 26-03-1679

Jean-Baptiste GREGOIRE du 09-04-1679 au 18-12-1684

Jean-Baptiste MEYERE du 26-01-1686 au ?-08-1689

BOURRELY du 15-08-1689 au 18-02-1694

Claude MEYNIER du 23-03-1695 au ?

 

Au fur et à mesure que l’on feuillette le registre, on rencontre diverses relations des événements marquants de la paroisse.

06-01-1696 « Assemblée du Saint Rosaire avec Marguerite Eymeric, fille de Raymond et Claire Joubert, fille à feu Louys, prieuresses de ladite confrérie depuis trois ans … » (Série GG – 3E 229)

« Rolle du Saint Rosaire …. de 1697 » (liste  de noms)

29-03-1701 (pages à l’envers à la fin de l’année 1701) Liste  des membres de la Confrérie du Saint Rosaire

07-01-1703  Liste des nouveaux membres de la Confrérie du Saint Rosaire ..

Ont été reçus au Saint Rosaire …Anne  ALLIER, fille de Pierre…

Jeanne ALLIER , femme de Daniel FAURE

Anne BEGOU, femme de Jean JOUBERT

10-08-1704 Bénédiction de la cloche. (Me Joseph HOMAGE, fondeur à Vaisons)

11-06-1705 Elections du recteur des frères pénitents, du « baile » et du visiteur des malades. Jean Tenour a rendu compte de l’administration qu’il avait eue les années précédentes et a remis audit SSr Maussang et Piousin 19 livres cire neuve ou ouvrée et en argent comptant la somme de … »

A la fin de 1718 : Fondation de Delle Magdeleine LAGIER en 1690 (Série GG – 3E 230)

------ 0 ------

11-03-1723Bénédiction de la Croix processionnelle  en laiton (Série GG – 3E 230)

20-11-1725« M. le Marquis de la Charce , Seigneur de ce lieu a donné une bannière couleur feuille morte… »

01-01-1732Bénédiction de la Cloche de la Péguière. Nommée Antoine de Padoue (Série GG – 3E 231) (La Péguière est un hameau de la paroisse de L’Epine mais située sur le versant opposé de la montagne et par conséquent plus proche de Montmorin et plus facile d’accès.)

17-01-1732Bénédiction de la chapelle sous le vocable des Sts Antoine, abbé, et  Antoine de Padoue

A la fin de 1732Etat des fondations de la paroisse

16-11-1735Clocher achevé par David Poujol et Antoine Denizot

04-05-1738« Clôture de la mission … »

16-05-1751« Clôture de la mission    » 

15-01-1759« Clôture de la mission … »

------ 0 ------

 

L’extension du cimetière de Montmorin

A la fin de 1720 : Lettre à Monseigneur l’Evêque de Gap et réponse de celui-ci, au sujet de l’extension du cimetière, « du côté du couchant » 

 

          Lettre des habitants de Montmorin

A Monseigneur

L’Evêque, comte et Seigneur de Gap

Supplient très humblement messire jean pierre Bonnefoy pretre et cure de montmorin Mrs les consuls, chatelain et autres notables dudit lieu

Disants et exposants a Votre grandeur que le cimetiere de la paroisse contigu à L’eglise est trop petit, par rapport au grand peuple dont ladite paroisse est composée, pour pouvoir contenir les morts qu’on y ensevelit, lors même qu’il n’y a pas des maladies frequentes, que le plus souvent en y creusant on a trouvé differents cercueils dont les corps n’estoient qu’a demy consummez, ce qui reouvre en quelque manière les playes des familles selon les plaintes que divers particuliers nous ont faits

Et comme le cimetiere de la religion pretendue reformee estaoit contigu a celui des catholiques ils requererent qu’il en fut separe, et a cet effet Ils acheterent un coin de terre asses eloigne de là qu’ils indiquerent a ceux de la religion, pour servir de cimetiere, qu’ils aceepterent :ainsy le premier appartient en propre a la communaute dudit lieu, et L’un et L’autre demeurent inutiles depuis la reunion des nouveaux convertis. Et parce que depuis alors on n’a enseveli qu’au cimetiere des catholiques il se trouve tellement rempli qu’a grande peine y a t-il de place pour inhumer les cadavres sans en deterrer d’autres, Et troubler ainsy le repos des ombres contre ces paroles noli mortuo denegare gratiam. Ce qui oblige les suppliants de recourir a votre grandeur a ce qu’il luy plaise permettre de joindre audit cimetiere de la paraoisse celuy qui appartient a ceux de la religion Et qui y est contigu.

Ce qui consideré Il vous plaise Monseigneur, permettre que ledit cimetiere soit uni a celuy de la paroisse, et commestre un prestre pour le bénir, offrant ladite communaité de clore des murailles a hauteur suffisante, et lesdits suppliants prieront pour la sante et prosperite de votre Grandeur.

BONNEFOY, curé

MAUSANG châtelain

GIELLY consul

J.LANTELME

A.COMTE ( ?)

E.GIELLY

 

Réponse de l’évêque de Gap :

Nous comettons monseigneur bernard

Archiprêtre du lieu pour Examiner

Le contenu en sa requête, en son

Rapport vu il y sera fait droit le

Cas échéant. A Gap le 29ème d’Août 1718

François Ev de gap

En vertu de la Commission cy dessus qui nous a esté donnée par Monseigneur l’illustrissime et reverendissime evêque Comte et Seigneur de gap nous nous sommes transportés au cimetiere de la paroisse de montmorin, et avons trouvé que ledit Cimetiere n’est pas assez vaste attendu qu’il y a environ la quatrieme partie ou l’on ne peut creuser la terre a cause du rocher et des pierres qui s’y trouvent ; et en meme temps nous avons veu et examine qu’il y a un coin de terre appele le Cimetiere des Nouveaux Convertis qui apartient à la Communauté et qui est joignant, qui pourrait estre uni audit cimetiere, ce qui nous a paru de la derniere necessite en foy de quoy nous avons fait et signé le present raport a montmorin le 12ème 7bre 1719 jour de notre Conference

(signature illisible) archiprestre de l’epine

Vu le rapport cy dessus Nous permettons autant qu’il est ( ?) l’union cy enoncee et requis en faveur du Cimetiere et a cet effet Nous Comettons Monseigneur larchevêque du lieu pour faire toutes les formalités en benedictions necessires en Pareil Cas

Donne a Gap le 13ème 9bre 1719

--françois  Eveque de Gap

 

Bénédiction du cimetière  (Série GG 3E 230)

L’an mil sept cent vingt et le dernier jour de juin J’ay fait la ceremonie de la benediction du cimetier par commission de Monseigneur l’illustrissime, reverendissime Eveque Comte et Seigneur de Gap Luy ayant plû d’en permettre l’aggrandissement de prez la moitie par decret du douzieme nvembre mil sept cens dix neuf au bas de la requéte qui luy fut presentee par la communaute le vingt neuf d’aout dernier  X Ayant este assiste en ladite benediction de messire antoine carvat prieur curé de Ste Marie et accompagnne de tout le peuple de la paroisse ayant les offices d’icelle, Et lesdits Sieur carvat avec nous signe enquis et requis

X appert d’icelle icy jointe

------ 0--------

Les abjurations

29-11-1683 ARNAUD Gaspard, ARNAUD Jacob, ARNAUD Jean, ARNAUD Dauphine,  BOMPAR Daniel

21-11-1683 LOMBARD Catherine

29-11-1683 LOMBARD Jacob, 14 ans

18-12-1683 LOMBARD Isabeau, 18 ans

30-04-1684 OBERIC Marie, OBERIC Claude fille de Marie

20-12-1684 BERTRAND Louise, BERTRNAD Anne, ODE Barthelemy

09-03-1685 ARNAUD Pierre, dit Sagias, depuis 25 ans sous la Religion Réformée

ARNAUD Auban, fils aîné, 17 ans

ARNAUD Madeleine, fille, 22 ans

ARNAUD Suzanne, fille, 17 ans

ARNAUD Jeanne, fille, 15 ans

TENOUR Jeanne, épouse

12-03-1685 GIELLY Jeanne, 50 ans

09-03-1685 BERNARD Catherine, 18 ans

BERNARD Jeanne, 12 ans

BERNARD Elie, père

GIRAUD Marie, mère

27-06-1718 MARCEL Jeanne, 30 ans, de St-Jean-d’Hérans, diocèse de Die

13-08-1718 CHAIGNARD Jean, 28 ans, de Serres

30-01-1720 LOMBARD Pierre, 22 ans, fils de Jean et +ARNOUX Suzanne

 


 

 

cigale accueil.jpg